• Post category:Citations
  • Post published:19 octobre 2021
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :3 min de lecture

… Qu’une association d’hommes d’affaires, une foule des émigrés de tous les pays… jetés éperdument dans la lutte pour le dollar, se sentent tout à coup transportées du désir de lancer des torpilles aux flancs des cuirassés et de faire éclater des mines sur les colonnes ennemies, c’est une preuve que la lutte désordonnée pour la production et l’exploitation des richesses entretient l’usage et le goût de la force brutale, la violence industrielle engendre la violence militaire et que les rivalités marchandes allument entre les peuples des haines qui ne peuvent s’éteindre que dans le sang.
La fureur coloniale n’est qu’une des mille formes de cette concurrence tant vantée par nos économistes…
L’ère est ouverte des grandes guerres pour la souveraineté industrielle…

Anatole France, « Sur la pierre blanche » (1903)

Les chômeurs forment l’armée de réserve du capitalisme.

Karl marx, Le Capital 1867

Dans le cas de la création monétaire l’avantage serait toujours pour ceux qui émettraient la monnaie de crédit ; et comme le gouvernement représente la nation, la nation aurait épargné l’impôt, si elle, et non la banque, avait fait elle-même l’émission de cette monnaie… Le public aurait un intérêt direct à ce que ce fût l’État, et non une compagnie de marchands ou de banquiers, qui fit cette émission.

David Ricardo, Principes d’économie politique (1817)

Rien n’obscurcit aussi efficacement notre vision de la société que le préjugé économiste.

Karl Polanyi

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. À 20%, il devient enthousiaste. À 50%, il est téméraire. À 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, Livre 1, chapitre 22.