• Post category:Non classé
  • Post author:
  • Reading time:14 mins read

Généralités

Tant que nous ne nous engageons pas, le doute règne, la possibilité de se rétracter demeure et l’inefficacité prévaut toujours. En ce qui concerne tous les actes d’initiatives et de créativité, il est une vérité élémentaire dont l’ignorance a des incidences innombrables et fait avorter des projets splendides. Dès le moment où on s’engage pleinement, la providence se met également en marche. Pour nous aider, se mettent en œuvre toutes sortes de chose qui sinon n’auraient jamais eu lieu. Tout un enchaînement d’événements, de situation et de décision crée en notre faveur toutes sortes d’incidents imprévus, des rencontres et des aides matérielles que nous n’aurions jamais rêvé de rencontrer sur notre chemin. Tout ce que tu peux faire ou rêver de faire, tu peux l’entreprendre. L’audace renferme en soi génie, pouvoir et magie. Débute maintenant.

Goethe

L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie

Goethe

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.

Marcel Proust

Il n’y a rien d’aussi stable que le changement.

Bob Dylan

Sous cent masques divers, jeunes gens, adultes, vieillards, pères, citoyens, prêtres, fonctionnaires, marchands, font la parade et ne songent qu’à la comédie qu’ils donnent tous ensemble sans penser le moins du monde à eux-mêmes. A la question « Pourquoi vivez-vous ? », ils répondraient aussitôt avec orgueil : Pour devenir un bon citoyen, un savant, un homme d’État! (…) Toutes les institutions humaines ne sont-elles pas destinées à empêcher les hommes de sentir leur vie, grâce à la dispersion constante de leurs pensées. (…) La hâte est générale parce que tous veulent s’échapper à eux-mêmes.

Nietzche, Considération inactuelles.

La quête de perfection peut se résumer en un mot : la paralysie

Winston Churchill

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont crée les problèmes pour les résoudre

Albert Einstein

Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va.

Sénèque

On n’est pas moins fautif en ne faisant pas ce qu’on doit faire qu’en faisant ce qu’on ne doit pas faire.

Marc Aurèle

La morale collective actuelle nous fait croire que l’important, c’est de l’emporter sur les autres, de lutter, de gagner. Nous sommes dans une société de compétition, mais un gagnant est un fabricant de perdants. Il faut rebâtir une société humaine où la compétition sera éliminée. Je n’ai pas à être plus fort que l’autre. Je dois être plus fort que moi grâce à l’autre.

Albert Jacquard (La relève et la peste)

Pensée critique

Il est incroyable de voir comme le peuple, dès qu’il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté qu’il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : il sert si bien, et si volontiers, qu’on dirait à le voir qu’il n’a pas seulement perdu sa liberté mais bien gagné sa servitude.

Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire, 1574.

“Il me semble que ce qui est requis est un sain équilibre entre deux tendances: celle qui nous pousse à scruter de manière inlassablement sceptique toutes les hypothèses qui nous sont soumises et celle qui nous invite à garder une grande ouverture aux idées nouvelles. Si vous n’êtes que sceptique, aucune idée nouvelle ne parvient jusqu’à vous; vous n’apprenez jamais quoi que ce soit de nouveau; vous devenez une détestable personne convaincue que la sottise règne sur le monde — et, bien entendu, bien des faits sont là pour vous donner raison. D’un autre côté, si vous êtes ouvert jusqu’à la crédulité et n’avez pas même une once de scepticisme en vous, alors vous n’êtes même plus capable de distinguer entre les idées utiles et celles qui n’ont aucun intérêt. Si toutes les idées ont la même validité, vous êtes perdu: car alors, aucune idée n’a plus de valeur”

Carl Sagan

Si vous voulez que la vérité se révèle à vous, ne soyez jamais pour ou contre.
La lutte entre “pour” et “contre” est la pire maladie de l’esprit

Maître Sengcan (maître bouddhiste, VIe s. av jc)

Il n’y a en effet aucune opinion, aussi absurde soit-elle, que les hommes n’aient pas rapidement adoptée dès qu’on a réussi à les persuader qu’elle était généralement acceptée.

Arthur Schopenhauer L’art d’avoir toujours raison

À présent domine en France une forme abâtardie de la pensée de Nietzche (il en aurait d’ailleurs été le premier horrifié) qui invite continuellement le lecteur à remplacer la question « Que dit-il ? » par « Qui parle ? » (Certains sites web se sont même spécialisés – sous le masque de « l’antifascisme » – dans cet exercice purement policier). À tel point qu’on peut se demander combien de critiques professionnels seraient encore capables, de nos jours, de juger la valeur philosophique ou littéraire d’un texte anonyme – autrement dit d’un texte dont il leur serait impossible, par définition, de prétendre connaitre à l’avance les sombres arrière-pensées.

Jean-Claude Michéa, La gauche et le peuple, 2014

Devenant familier, un dogme devient automatiquement juste.
Pour la plupart des gens, rien de ce qui est contraire à tout système d’idées dont ils ont été nourris depuis leur enfance ne saurait être raisonnable. Les idées nouvelles sont raisonnables si on peut les faire entrer dans un cadre déjà familier, déraisonnables si l’on ne peut les y adapter.
Nos préjugés intellectuels déterminent les courants suivant lesquels coulera notre raison.

Aldous Huxley Le plus sot animal, 1945

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme
François Rabelais

Démocratie

Education

« N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde aura changé lorsqu’ils seront grands. Aussi doit-on en priorité aider l’enfant à cultiver ses facultés de création et d’adaptation. »

Maria Montessori

Tout mouvement de libération de l’homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.

Ivan Illich

La dictature, c’est « ferme ta gueule », et la démocratie, c’est « cause toujours ».
Woody Allen

Economie

… Qu’une association d’hommes d’affaires, une foule des émigrés de tous les pays… jetés éperdument dans la lutte pour le dollar, se sentent tout à coup transportées du désir de lancer des torpilles aux flancs des cuirassés et de faire éclater des mines sur les colonnes ennemies, c’est une preuve que la lutte désordonnée pour la production et l’exploitation des richesses entretient l’usage et le goût de la force brutale, la violence industrielle engendre la violence militaire et que les rivalités marchandes allument entre les peuples des haines qui ne peuvent s’éteindre que dans le sang.
La fureur coloniale n’est qu’une des mille formes de cette concurrence tant vantée par nos économistes…
L’ère est ouverte des grandes guerres pour la souveraineté industrielle…

Anatole France, « Sur la pierre blanche » (1903)

Les chômeurs forment l’armée de réserve du capitalisme.

Karl Marx, Le Capital, 1867.

Dans le cas de la création monétaire l’avantage serait toujours pour ceux qui émettraient la monnaie de crédit ; et comme le gouvernement représente la nation, la nation aurait épargné l’impôt, si elle, et non la banque, avait fait elle-même l’émission de cette monnaie… Le public aurait un intérêt direct à ce que ce fût l’État, et non une compagnie de marchands ou de banquiers, qui fit cette émission.

David Ricardo, Principes d’économie politique (1817)

Rien n’obscurcit aussi efficacement notre vision de la société que le préjugé économiste.

Karl Polanyi

Si tu dois 100 000 dollars à la banque, elle te tient. Si tu lui en dois 100 millions, tu la tiens.

Adage américain

Sociologie

Ce n’est pas du tout la même chose de dire qu’on se mêle aux immigrés parce qu’on va au marché le dimanche matin et d’envoyer son enfant dans un collège où la mixité est importante. C’est un des rares endroits où il y a une mixité un peu forcée mais prolongée et intense. On ne la trouve pas ailleurs. Elle est prometteuse pour la société lorsqu’elle est réussie, parce que ça veut dire que des enfants auront grandi ensemble et auront développé des relations fortes entre eux. Mais quand on commence la ségrégation dès l’école, les conséquences sont terriblement négatives pour l’ensemble de la société.

Agnès van Zanten (sociologue)

« Appelons­ nous toujours à « une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation de masse, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. »

Stéphane hessel dans « Indigniez vous »

« Les idées dominantes sont celles de la classe dominante. »
Karl Marx et Friedrich Engels dans L’Idéologie allemande.

Une œuvre d’homme n’est rien d’autre que ce long cheminement pour retrouver par les détours de l’art les deux ou trois images simples et grandes sur lesquelles le cœur, une première fois, s’est ouvert.

Albert Camus in « l’envers et l’endroit »

Sagesse

La vie est courte. Transgressez les règles, pardonnez rapidement, embrassez lentement, aimez véritablement, riez sans contrôle et ne regrettez jamais quelque chose qui vous a fait sourire.

Mark Twain

Notre monde extérieur est un reflet du monde intérieur qui nous habite

Buddha

Make the injustice visible
Ghandi

Lorsque l’homme jouissait de l’existence sans se comparer aux autres, sans obéir à quiconque, sans rien posséder, qu’il était heureux ; hélas ! il était voué dès l’origine à se perfectionner, donc à devenir un être social, donc à être malheureux…

Jean-Jacques Rousseau (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755))

A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.”
In a time of universal deceit – telling the truth is a revolutionary act.

George Orwell

La bourgeoisie travaillant pour elle seule, exploitant pour elle seule, massacrant pour elle seule, il lui est nécessaire de faire croire qu’elle travaille, qu’elle exploite, qu’elle massacre pour le bien final de l’humanité. Elle doit faire croire qu’elle est juste. Et elle-même doit le croire.
Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932.

La tolérance n’est pas une concession que je fais à l’autre, elle est la reconnaissance du principe qu’une partie de la vérité m’échappe.
Paul Ricoeur

Le journaliste est celui « qui imprime ce que les autres n’aimeraient pas voir imprimé ; tout le reste n’est que relations publiques
Journalism is printing what someone else does not want printed: everything else is public relations.

Goerge Orwell

Non jamais la Cour et ses serviteurs ne vous trahiront dans le sens grossier et vulgaire, c’est-à-dire assez maladroitement pour que vous puissiez vous en apercevoir assez tôt pour que vous soyez encore à temps de réparer les maux qu’ils vous auront faits. Mais ils vous tromperont, ils vous endormiront, ils vous épuiseront : ils vous amèneront par degrés au dernier moment de votre agonie politique ; ils vous trahiront avec art, avec modération, avec patriotisme ; ils vous trahiront lentement, constitutionnellement, comme ils ont fait jusqu’ici.

Robespierre, janvier 1792.

Ils sont un millier à couper les branches du mal, mais un seul s’attaque aux racines.
Henry David Thoreau

Les gouvernements protègent et récompensent les hommes à proportion de la part qu’ils prennent à l’organisation du mensonge.
Léon Tolstoï.

Il existe deux ensembles de principes. Les principes de pouvoir et de privilège et les principes de vérité et de justice. Si vous courez après le pouvoir et les privilèges, ce sera toujours au détriment de la vérité et de la justice.

Noam Chomsky

Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. […] Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, est toujours défini, toujours aisément frappé, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité.

Jean Jaurès, discours devant la Chambre des députés, séance du 19 juin 1906.

Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre. […]
Même sous la Constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave.

Condorcet

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.
Martin Luther-King.

Comme le temps manque pour penser et garder le calme dans la pensée, on n’étudie plus les opinions divergentes : on se contente de les haïr.
Avec la monstrueuse accélération de la vie, l’esprit et l’oeil sont accoutumés à une vision et à un jugement incomplets et faux, et chacun ressemble aux voyageurs qui font connaissance avec le pays et la population sans quitter le chemin de fer.

Nietzsche, « Humain trop humain. Un livre pour les esprits libres » (1878-1879)

L’homme vraiment libre est celui qui sait refuser une invitation à dîner sans donner de prétexte.
Jules Renard

Ouvre l’oeil et regarde, tu verras ton visage dans tous les visages. Tends l’oreille et écoute, tu entendras ta propre voix dans toutes les voix.
Khalil Gibran (1883-1931).

Dans un monde où personne n’est contraint de travailler plus de 4 heures par jour, tous ceux qu’anime la curiosité scientifique pourront y donner libre cours, tous les peintres pourront peindre sans pour autant vivre dans la misère au lieu de vivre de leur talent, les jeunes auteurs ne seront pas obligés de se faire de la réclame en écrivant des livres alimentaires à sensation en vue d’acquérir l’indépendance financière que nécessitent les œuvres monumentales dont ils auront perdu le goût et la capacité de créer quand ils seront enfin libres de s’y consacrer ; surtout, le bonheur et la joie de vivre prendront la place de la fatigue nerveuse, de la lassitude et de la dyspepsie, il y aura assez de travail à accomplir pour rendre le loisir délicieux mais pas assez pour conduire à l’épuisement.
Comme les gens ne se seront pas trop fatigués dans leur temps libre, ils ne réclameront pas pour seuls amusements ceux qui sont passifs et insipides.

Bertrand Russel, « Éloge de l’oisiveté »

La liberté ne peut s’exercer que par des hommes à l’abri du besoin.
Saint-Just.

« L’habitude du désespoir est plus terrible que le désespoir lui-même »
Albert Camus
“La Peste” (1947)

« Créer, c’est ainsi donner une forme à son destin »
Albert Camus
“Le Mythe de Sisyphe”, Gallimard, 1942

« Il n’est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir »
Albert Camus
“Le Mythe de Sisyphe”, Gallimard, 1942

« L’absurde naît de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde »
Albert Camus
“Le Mythe de Sisyphe”, Gallimard, 1942

« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie »
Albert Camus
“Le Mythe de Sisyphe”, Gallimard, 1942

« L’homme est la seule créature qui refuse d’être ce qu’elle est »
Albert Camus
“L’Homme révolté”, Broché, 1951

 » Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme »
Albert Camus
“L’Homme révolté”, Broché, 1951